Musica callada. Frédérico Mompou

« J’ai toujours protesté lorsque l’on m’appelle compositeur. Je ne suis pas un compositeur; je ne veux pas être un compositeur. Je crois, tout simplement, que je suis une musique, une musique dont je suis convaincu que ce n’est pas moi qui la fais, car j’ai toujours la sensation qu’elle vient en moi de dehors ».

« Le mystère de Mompou — reprenant encore Jankélévitch — nous fuit dès qu’on essaie de l’étiqueter ou de le rattacher à des catégories réflexibles. Mais on peut percevoir cette voix sensible et inimitable, qui est la voix même du silence… Ce que veut Mompou, à la recherche de la solitude sonore c’est atteindre le point inattingible où la musique est devenue la voix même du silence, où le silence lui-même s’est fait musique ». in Frédéric Mompou. Édtions Salabert, 1993 

 

Frederic Mompou i Dencausse est né en 1893 à Barcelone et décédé en 1987.  Compositeur et pianiste, sa musique est intimiste, sobre, centrée sur l’essentiel, presque ascétique. Son écriture est parcimonieuse tout en étant mélodique. Elle rappelle Satie.

La Musica callada, ou Musique « tue » (du verbe taire), est un recueil de 28 pièces, réparties en 4 cahiers et composées entre 1959 et 1967. Selon Mompou, Musica callada représente l’essentiel de [sa] conception esthétique: concision, brièveté.  Elles traduisent ses sentiments les plus profonds et, selon lui, sont sa réussite la plus complète.